Près de 24 % des Français dépassent les repères de consommation d’alcool

c’est la quantité moyenne d’alcool bue par habitant d’au moins 15 ans en 2017. Si le volume global d’alcool pur consommé en France a diminué avec la baisse de la consommation quotidienne de vin, la France reste parmi les pays les plus utilisateurs d’alcool au monde.


UNE CONSOMMATION QUI VARIE SELON LES RÉGIONS

De manière générale, la France est le 6e pays le plus consommateur d’alcool de l’OCDE. En 2017, 23,6% des personnes de 18-75 ans dépassaient les repères de consommation à moindre risques. Ce bilan varie en fonction des régions. La consommation quotidienne d’alcool est par exemple significativement 10,0% consommation quotidienne d’alcool moyenne nationale des adultes.
De 7,1%à 12,6% variation régionale de la consommation quotidienne d’alcool des adultes
moins fréquente en Ile-de-France, en Normandie et en Pays de la Loire, avec respectivement 7,1 %, 7,9 % et 8,1 % par rapport à la moyenne nationale (10,0 %).  La consommation journalière est également une des plus faibles dans l’ensemble des Département et région d’outre-mer. Au contraire, 3 régions ont une consommation quotidienne plus élevée : les Hauts-de-France avec 11,5 %, la Nouvelle-Aquitaine affiche un taux de 12,3 % et l’Occitanie qui se distingue par un chiffre atteignant 12,6 %. Paradoxalement, l’Occitanie et la Nouvelle Aquitaine font partie des régions ayant connu les plus fortes baisses de consommation quotidienne d’alcool entre 2000 et 2017. De leur côté, les alcoolisations ponctuelles importantes mensuelles, définies par au moins 6 verres en une seule occasion, étaient en moyenne de 16,2 % en France métropolitaine. Là encore, la situation est hétérogène en région : de 13,9 % en Île-de-France à 20,5 % en Bretagne, qui présente la prévalence la plus élevée.


Des risques identifiés

La consommation d’alcool fait partie des principaux déterminants de santé et des trois premières causes de mortalité évitable. En effet, l’alcool est à l’origine de nombreuses maladies (hémorragie cérébrale, cancers, hypertension…) et constitue aujourd’hui une des principales causes de mortalité évitable avec 41 000 décès en 2015. 30 000 chez les hommes et 11 000 chez les femmes. Contrairement à certaines idées reçues, les risques augmentent et sont bien réels dès le premier verre. L’alcool est à l’origine de 16 000 décès par cancer et de 9 900 décès par maladie cardiovasculaire chaque année.


Zoom sur la consommation régionale quotidienne d’alcool

Carte de la prévalence régionale standardisée* de la consommation quotidienne d’alcool chez les adultes de 18 à 75 ans en France métropolitaine en 2017 et dans les départements et régions d’outre-mer en 2014.

  1. Inférieur aux autre régions
  2. Pas de différence significative
  3. Supérieur aux autres régions
  4. Non disponible

Alcool, risques et repères : 4 réponses d’expert pour faire le point

Alcool et idées reçues

L’alcool véhicule de nombreuses idées reçues. Vous voulez y voir plus clair ? Vrai ou faux, faites le point.

Les hommes et les femmes sont égaux face à l’alcool

Bonne réponse! Faux !

FAUX. L’égalité hommes/ femmes ne concerne pas l’alcool. Pour une même quantité d’alcool consommée, le taux d’alcool dans le sang sera plus élevé chez une femme que chez un homme. 2 facteurs sont en cause. D’une part, les femmes sont généralement plus petites et moins corpulentes que les hommes. D’autre part, le corps d’une femme comporte moins d’eau que celui d’un homme. L’alcool se répartit donc dans une moins grande quantité de liquide corporel.

Tous les alcools sont équivalents

Bonne réponse! Faux !

VRAI ET FAUX. La molécule d’alcool, l’éthanol, est la même dans toutes les boissons alcoolisées. La quantité d’alcool absorbée dépend du pourcentage d’alcool dans la boisson et de la quantité bue. Un demi de bière (25 cl à 5°) contient donc la même quantité d’alcool pur (10 grammes) qu’un verre de whisky (2,5 cl à 40°).

Les femmes enceintes doivent éviter de boire

Bonne réponse! Faux !

VRAI. Boire de l’alcool pendant la grossesse peut entraîner diverses complications pour le bébé (retard de croissance, atteintes du système nerveux central, malformations…) dont le syndrome d’alcoolisation fœtale est la forme la plus grave. Aujourd’hui, aucun élément scientifique ne permet de déterminer un seuil de consommation sans conséquence. Le principe de précaution est donc « zéro alcool pendant la grossesse ».

L’alcool fait grossir

Bonne réponse! Faux !

VRAI ! Avec en moyenne 70 calories par verre standard, l’alcool est calorique. Il ajoute donc des calories à celles des repas journaliers.

Boire 2 verres d’alcool par jour est sans risque

Bonne réponse! Faux !

FAUX. Une consommation d’un verre de boisson alcoolisée par jour (10 g d’alcool pur), expose déjà à des risques. Par exemple, 1 cancer du sein sur 6 est lié à la consommation d’alcool, même à faible dose. D’un point de vue cardiovasculaire, boire plus de 2 verres d’alcool tous les jours augmente le risque d’hypertension artérielle chez les femmes comme chez les hommes.

ALCOOL ET IDÉES REÇUES
???

Pour votre santé,
maximum 2 verres par jour,
et pas tous les jours

Les repères de consommation

En cas de consommation d’alcool chez les adultes, il est désormais recommandé à tous ne pas dépasser 10 verres par semaine, 2 verres par jour maximum, en conservant des jours dans la semaine sans consommation.

Vous voulez faire le point ?

L’alcoomètre est un outil personnalisé, simple, rapide et gratuit. En quelques clics, il situe votre consommation par rapport aux nouveaux repères. Il informe également sur les risques encourus de manière individuelle. alcoometre.fr